Articles
Parlons d’Art ! Spécial Animaux, avec La Petite Rêveuse

Parlons d’Art ! Spécial Animaux, avec La Petite Rêveuse

Tous les mardis, venez prendre votre dose artistique avec Parlons d’Art ! Sur notre palette, nous vous proposons l’interview d’un.e artiste, la découverte de l’histoire d’une peinture célèbre, et nous vous présentons une femme artiste qui a marqué par sa créativité ! Cette semaine, c’est une spéciale Animaux que nous vous proposons ! Découvrez La Petite Rêveuse et ses sculptures de créatures. Egalement, venez lire l’histoire de la célèbre peinture des Chiens jouant au Poker, ainsi que celle de Rosa Bonheur.

L’Artiste de la Semaine : La Petite Rêveuse

Nous vous proposons chaque semaine de découvrir – sous forme de 3 questions – un.e nouveau.elle artiste. Il/elle raconte au Scribouillard son parcours, ses difficultés et ses influences artistiques.

parlons d'art - animaux - la petite reveuse

Pouvez-vous vous présenter et nous parler de votre travail artistique ?

Je m’appelle Myriam, mais on me connait sur internet par La Petite Rêveuse et je suis une artiste québécoise de 19 ans. Je fais des sculptures en pâte polymère de tous genres tels que des bijoux, des figurines ou des décorations. J’aime beaucoup faire des créatures fantastiques comme des dragons, des licornes, des sirènes, des fées et bien plus! Egalement, j’ai une grande passion pour les animaux, ils sont donc une source d’inspiration inépuisable pour mon travail artistique. J’ai commencé la sculpture en 2016, mais j’ai toujours fait de l’art comme du théâtre, du dessin et même de l’humour! J’ai tout appris de la sculpture par mes propres expérimentations et différents tutoriels sur internet. Je partage mon parcours artistique sur Instagram depuis le tout début. En 2017 j’ai ouvert une boutique Etsy pour partager mes créations à un tout autre niveau !

parlons d'art - animaux - petite reveuse
© La Petite Rêveuse

Avez-vous connu des difficultés, des périodes creuses ?

Oui ! Et bien plus souvent que je ne le voudrais. Il y a des journées où je sculpte et rien ne fonctionne, peu importe ce que j’essaie, ça ne me plaît pas. Et dès que j’essaie de réparer un petit bout de création j’en casse deux autres ! Cela m’arrive parfois d’avoir des périodes où je ne me sens pas du tout inspirée. Dans ces moments, je prends du recul et je ne sculpte plus du tout pour quelques jours. C’est en général lorsqu’une idée me « Pop ! » sous la douche que l’envie me revient !

Quelles ont été vos influences dans le domaine artistique, et quels sont vos artistes préférés ?

Pour ce qui est de la sculpture, j’ai tout appris par internet. Il y a donc beaucoup d’artistes que j’admire et que j’ai découverts par Instagram. C’est tellement dur de choisir, mais pour en nommer quelques uns je dirais Bella Elliott de @bella.enchanted.studios, Erin de @whisperfillies, Becca Golins de @dragonsandbeasties et Hollye de @willowworksstudio. Ces artistes m’ont beaucoup inspirée dans le développement de mon style et leur travail m’impressionne toujours!

Pour en savoir plus sur l’artiste, vous pouvez aller faire un tour sur son compte instagram la.petite_reveuse :

Canevas d’Autrefois

Toute oeuvre d’art possède une histoire. Découvrez celle qui se cache derrière ce célèbre tableau.

parlons d'art - animaux - coolidge

Cette série de peinture de Coolidge comporte au total 9 peintures, représentant des chiens anthropomorphes jouant au poker.

A la base commandées en 1903 pour faire la publicité des cigares de la marque Brown & Bigelow, ces peintures sont devenues par la suite des icônes de la pop culture.

Ce qui est notamment intéressant à décrypter dans ces différents tableaux, ce sont les références qu’on y retrouve. En effet, certains « joueurs » représentent des joueurs de cartes que l’on peut apercevoir dans des peintures du Caravage, de Georges de la Tour ou même de Paul Cézanne.

Quant au Saint-Bernard peint dans Waterloo, il a été inspiré par l’ami du peintre, Theodore Lang, qui possédait un chien appelé Captain.

Qualifié de « plus célèbre des artistes américains dont personne n’a jamais entendu parler« 

parlons d'art - animaux - coolidge
Chiens jouant au billard – Cassius Marcellus Coolidge

Depuis ses 25 ans, Coolidge est passionné par la peinture de chiens aux comportements humains. Ce qui va alors lui inspiré une série de 16 tableaux au total représentants toutes ces animaux en train de réaliser des tâches typiquement humaines : jouer au billard, acclamant des joueurs de baseball, célébrant le Nouvel An… Et parmi ces oeuvre, 9 d’entre elles représenteront exclusivement des chiens jouant au poker.

Dans les années 70, la mode du kitsh bat son plein. Les œuvres de Coolidge prennent alors de l’ampleur et sont déclinées en une pléthore de produits : calendriers, posters, t-shirts…

Ses œuvres n’ont cessé de prendre de la valeur : elles sont vendues pour 590 000 dollars quelques années plus tard lors d’une vente aux enchères New-Yorkaise. Puis, en 2015, un acheteur anonyme rachète deux d’entre elles pour 658 000 dollars !

Histoire de Créatives : Rosa Bonheur et ses peintures d’animaux

Venez à la rencontre de célèbres femmes talentueuses et créatives, qui luttent pour la cause féminine à travers leur art !

parlons d'art - animaux - rosa bonheur

1822 – 1899

Cheffe de file de la peinture animalière, Rosa Bonheur, de son vrai nom Marie-Rosalie Bonheur, n’a jamais respecté le diktat imposé aux femmes à l’époque. L’artiste portait des pantalons, fumait, montait à cheval « comme les garçons » (pour rappel, à l’époque, et ce pendant très longtemps, les femmes ne montaient qu’en « amazone », c’est-à-dire que les deux jambes se trouvaient du même côté de la selle, car la posture habituelle n’était pas « convenable » pour une femme. C’était également parce que c’était peu pratique pour le port de la robe, puisque les femmes ne pouvaient porter de pantalon – sauf avec une dérogation – même pour monter à cheval). Elle était également en couple avec une femme, Nathalie Micas.

Si elle a la possibilité de porter des pantalons alors que cela était interdit aux femmes à l’époque, c’est parce qu’elle a obtenu une dérogation spéciale de la Préfecture de Police pour pouvoir se rendre sur les marchés aux bestiaux. Plus tard, George Sand fera également cette « demande de travestissement », comme cela s’appelait à l’époque. (NDLR : nous avons présenter la figure de George Sand dans un précédent Parlons d’Art !) D’ailleurs, la loi qui abrogera la nécessité de faire une dérogation pour porter des pantalons ne se fera officiellement qu’en 2013.

Son enfance, elle l’a passée à la campagne, au château de Grimont. Cette enfance champêtre aura une grande influence par la suite sur son art, puisque ce mode de vie pastoral se retrouvera dans bon nombre de ses tableaux.

parlons d'art - animaux - rosa bonheur

J’avais pour les étables un goût plus irrésistible que jamais courtisan pour les antichambres royales ou impériales – Rosa Bonheur

Provenant d’une famille d’artistes (peintres, sculpteurs ou musiciens), elle est très vite encouragée à exercer l’art. Son père la prendra par ailleurs comme apprentie dans son atelier d’art, où elle exercera alors ses talents. Elles étudiera avec assiduité les animaux et leurs diverses morphologies, et fera de l’art animalier sa spécialité.

Sa notoriété atteint des sommets avec son oeuvre monumentale intitulée Le Marché aux chevaux, lui valant beaucoup d’éloges. Éloges qui, malheureusement, vantent son talent comme était celui d’un homme. On dira en effet d’elle qu’elle a une « peinture d’homme, nerveuse, solide, plein de franchise ». Théophile Gautier dira même plus tard qu’elle « fait de l’art sérieusement, et on peut la traiter en homme ».

parlons d'art - animaux - rosa bonheur
Le Marché aux Chevaux – Rosa Bonheur

L’impératrice Eugénie la décorera de l’insigne de Chevalier de la Légion d’Honneur. Rosa Bonheur fut la première femme artiste à recevoir cet insigne. Elle fut également la première femme à être élevée au grade d’Officier dans cet ordre.

Pour encore parler d’art, n’hésitez pas à aller jeter un œil à la dernière édition de Parlons d’Art ! , où nous vous parlions notamment de Georgia O’Keeffe et de la Montagne Sainte-Victoire de Cézanne. Nous vous invitons également à aller (re)découvrir l’interview du bédéiste Nob !

A mardi prochain pour une nouvelle chronique Parlons d’Art !

Laisser un commentaire

1 thought on “Parlons d’Art ! Spécial Animaux, avec La Petite Rêveuse

Comments are closed.