Articles
Parlons d’Art ! Avec Summer Lynx

Parlons d’Art ! Avec Summer Lynx

Tous les mardis, venez prendre votre dose artistique avec Parlons d’Art ! Sur notre palette, nous vous proposons l’interview d’un.e artiste, mais également la découverte de l’histoire d’une peinture célèbre, et l’histoire d’une femme qui a marqué l’histoire par sa créativité ! Cette semaine, nous vous parlerons de Summer Lynx, un artiste passionné par l’art numérique et les créatures. Mais également, nous vous proposons de découvrir une oeuvre qui a inspiré une scène de Shutter Island, ainsi qu’une artiste Japonaise anti-conformiste.

L’Artiste de la Semaine : Summer Lynx

Nous vous proposons chaque semaine de découvrir – sous forme de 3 questions – un.e nouveau.elle artiste. Il/elle raconte au Scribouillard son parcours, ses difficultés et ses influences artistiques.

parlons d'art - summer lynx
Dessin © Summer Lynx

Pouvez-vous vous présenter et nous parler de votre travail artistique ?

Je suis Summer Lynx et je suis un illustrateur freelance. J’ai tendance à dessiner beaucoup de choses, mais j’ai une préférence pour les animaux et les créatures. Donc, la plupart de mon travail artistique a tendance à inclure l’un ou l’autre. Je n’essaye généralement pas d’introduire des messages dans mes travaux, mais je préfère le sentiment d’être dans le moment présent et de ressentir ce qu’il se passe quand je peins.

Avez-vous connu des difficultés, des périodes creuses ?

Oui, dessiner et peindre n’est pas aussi facile que ce que peuvent penser beaucoup de gens. Et pour être bon là-dedans, il faut pratiquer constamment. Je ne suis actuellement pas de cours d’art, donc tout l’éducation en dessin et en peinture que je peux avoir, je l’ai apprise de différents tutoriels et vidéos que j’ai trouvé gratuitement en ligne. J’ai également acheté quelques cours de mentorat ( cours en ligne donnés par des professionnels, souvent sous forme de « packs ») pour m’aider via des retours sur mon art, et aussi pour me perfectionner .

Quelles ont été vos influences dans le domaine artistique, et quels sont vos artistes préférés ?

Il y a beaucoup d’illustrateurs et d’artistes conceptuels qui m’inspirent ! L’une de mes plus grande influence a été Feng Zhu, et ses vidéos « Design Cinema » sur Youtube. Ses vidéos ont été extrêmement utile pour ma carrière d’artiste, et elles sont gratuites. Certains de mes artistes préférés, en plus de Feng Zhu, sont Atey Ghailan, Eva Eskelinen, Nicholas Kole et Jeremy Fenske. *

* interview traduite directement de l’anglais

Pour en découvrir plus sur l’artiste et sa passion, n’hésitez pas à aller sur son compte instagram Summer_lynx :

Canevas d’Autrefois

Tout oeuvre d’art possède une histoire. Découvrez celle qui se cache derrière ce célèbre tableau.

parlons d'art - le baiser - gustav limt

Gustav Klimt, peintre du symbolisme et de l’Art nouveau, a réalisé cette toile en 1908. Cette huile sur toile, couverte de feuilles d’or, est exposée au palais du Belvédère à Vienne.

Klimt était le fondateur de la Sécession Viennoise, le but de ce groupe étant de rompre avec la vision conservatrice de l’académie des Beaux Arts. Les Sécessionnistes peignaient ce qui, à l’époque, semblait impensable de représenter : l’érotisme, les étreintes, les baisers, les violences. Bien qu’il ait quitté le mouvement suite à des mésententes, il en est le personnage le plus représentatif. Dans Le Baiser se retrouve toute la thématique de briser les codes que prônaient les Sécessionnistes.

L’oeuvre a été interprétée comme étant une représentation symbolique d’une scène mythologique, où Apollon embrasse la nymphe Daphné. La nymphe, qui, d’après les Métamorphoses d’Ovide, s’est métamorphosée en laurier afin d’échapper au Dieu. Cette scène assez connue de la mythologie, a déjà été représentée par d’autres artistes, notamment par Le Bernin, qui l’a réalisée sous forme d’une sculpture de marbre au XVIIème siècle.

apollon et daphné
Apollon et Daphné par Le Bernin

Plus récemment, on peut apercevoir un hommage à cette peinture dans le film Shutter Island, de Martin Scorcese, dans la scène où Teddy Daniels, interprété par Leonard Dicaprio, étreint l’illusion de son épouse Dolores, jouée par Michelle Williams. La position des amants, la robe portée par Dolores, mais aussi et surtout l’éclairage qui créé une forme de halo lumineux autour du couple, font clairement référence au tableau.

shutter island
Leonardo Dicaprio et Michelle Williams, Shutter Island

Histoire de Créatives

Venez à la rencontre de célèbres femmes talentueuses et créatives, qui luttent pour la cause féminine à travers leur art !

parlons d'art - yayoi kusama

Yayoi Kusama, née en 1929, est une artiste polyvalente : sculptrice, peintre et écrivaine. Née à Nagano, au Japon, Yayoi a toujours été, depuis sa plus tendre enfance, une rebelle. Il faut dire que la société dans laquelle elle a évolué – que ce soit dans le Japon conservateur d’après-guerre ou bien par la suite dans le monde artistique New-Yorkais ultra misogyne des années 60 – n’a fait que renforcer son besoin de se démarquer de cette société.

Dans son enfance, son désir de devenir artiste n’a jamais été accepté. Ses parents s’opposent donc à sa pratique, surtout sa mère. Cela aura pour effet de renforcer son désir de s’exprimer à travers son art. Elle se détourne alors de l’éducation trop traditionnelle de ce Japon conservateur.

Elle étudie à l’École Secondaire Supérieure Hiyoshigaoka où elle fait principalement de la peinture japonaise traditionnelle et moderne, où peu de femmes avaient leur place à cette époque.

Féminisite et anti-conformiste, elle ne s’est jamais gênée pour critiquer les scènes artistiques conservatrices. En 1966, elle dispoa 1500 sphères en miroir devant la Biennale de Venise. Elle n’avait pas été invitée à présenter son oeuvre, le Narcissus Garden. Comme son nom l’indique, cette installation était un moyen de critiquer l’événement le plus prestigieux et égocentrique du monde de l’art contemporain. L’artiste s’est même présentée avec un écriteau où il était écrit, en anglais : « Votre narcissime à vendre », avant que les autorités ne l’obligent à s’arrêter.

citrouilels - yayoi kusama
Les citrouilles et les pois, deux des thèmes favoris de Yayoi Kusama (Source: 193 Gallery)

Au-delà de sa passion pour l’art, si elle peint et sculpte, c’est également pour pouvoir y exercer une catharsis. En effet, subissant des névroses depuis l’enfance, l’art lui permet de pouvoir calmer ses angoisses et ses peurs en les exorcisant.

Nous sommes plus que de misérables insectes dans un univers incroyablement vaste – Yayoi Kusama

De nombreux éléments récurrents de ces œuvres possèdent une signification profonde. Les pois sont pour elle symbole de mort, car elle craint l’évanouissement de l’individualité, de n’être qu’un pois parmi tant d’autres pois. On retrouve également de nombreuses représentations phalliques dans ses créations. Elles symbolisent son rejet du sexe et du patriarcat, ainsi que de la consommation de masse.

Se définissant elle-même comme étant une « artiste obsessionnelle », ses œuvres entremêlent à la fois art brut, Pop art, expressionnisme, introspection et féminisme. A côté de son art graphique, elle a également écrit des poèmes et des romans. Elle a été également réalisatrice et créatrice de mode, où elle a par ailleurs créé une ligne de vêtements très caractéristique de son style : des pois, et du psychédélisme à souhait. La nudité est aussi un thème que l’on retrouve souvent chez l’artiste. Elle organisait d’ailleurs des happenings intitulés « Orgies », qui parlaient de la liberté sexuelle.

Pour encore parler d’art, n’hésitez pas à aller jeter un œil à l’édition de Parlons d’Art ! de la semaine dernière où nous vous parlions notamment de Caspar David Friedrich et de George Sand. Nous vous invitons également à aller découvrir l’interview du dessinateur de bande-dessinée Gorobei.

A mardi prochain pour une nouvelle chronique Parlons d’Art !

Laisser un commentaire