Articles
Parlons d’Art ! Avec Bianca

Parlons d’Art ! Avec Bianca

Tous les mardis, venez prendre votre dose artistique avec Parlons d’Art ! Sur notre palette, nous vous proposons l’interview d’un.e artiste, mais également la découverte de l’histoire d’une peinture célèbre, et l’histoire d’une femme qui a marqué l’histoire par sa créativité ! Cette semaine, nous vous parlerons sculpture avec l’art de Bianca et celui de l’artiste torturée Camille Claudel. Mais également, nous vous proposons de découvrir la célèbre oeuvre d’Edvard Munch.

L’Artiste de la Semaine : Bianca

Nous vous proposons chaque semaine de découvrir – sous forme de 3 questions – un.e nouveau.elle artiste. Il/elle raconte au Scribouillard son parcours, ses difficultés et ses influences artistiques.

parlons d'art - bianca

Pouvez-vous vous présenter et nous parler de votre travail artistique ?

Je m’appelle Bianca et je suis une mère au foyer de 44 ans. Je dessinais beaucoup avant de déménager aux Etats-Unis il y a 4 ans. J’ai choisis la sculpture en pâte polymère, mais à la place de faire des bijoux comme avant, j’ai décidé de faire des dragons.

Mon but est bien sûr de m’améliorer en sculpture, de vendre mes créations et aussi de pouvoir aider mes enfants pour leurs frais médicaux.

Je ne pense pas qu’il y ait un message particulier dont mon art à part celui d’exprimer mon imagination.

parlons d'art - bianca
© Biancaslittlecorner

Avez-vous connu des difficultés, des périodes creuses ?

J’ai eu plus de difficultés à dessiner qu’à sculpter, et je suis ma plus grande critique. Mes difficultés principales ce sont les pattes et les ailes qui me donnent du fil à retordre !

Quelles ont été vos influences dans le domaine artistique, et quels sont vos artistes préférés ?

Il y en a tellement pour la pâte polymère, qui est une matière qui peut servir à tellement de choses très différentes les unes des autres ! Certains de mes artistes préférés sur instagram sont : prismaticbrush, swootziesweets, farmgirlfolly, astralblissrealms, kats,eye.charms, catbouletdesign, kay_bee_art et tellement d’autres encore que ça en ferait une liste bien trop longue ! *

* directement traduit de l’anglais

Pour en découvrir plus sur l’artiste et sa passion, n’hésitez pas à aller sur son compte instagram :

Canevas d’Autrefois

Toute oeuvre d’art possède une histoire. Découvrez celle qui se cache derrière ce célèbre tableau.

parlons d'art - le cri

Le Cri d’Edvard Munch est une peinture énigmatique et bouleversante très connue de tous, notamment pour les nombreuses références que l’on peut retrouver dans la Pop Culture.

Lorsqu’il expliquait d’où lui était venu l’inspiration pour son oeuvre, Edvard Munch expliquait :

« Je me promenais sur un sentier avec deux amis — le soleil se couchait — tout d’un coup le ciel devint rouge sang. Je m’arrêtai, fatigué, et m’appuyai sur une clôture — il y avait du sang et des langues de feu au-dessus du fjord bleu-noir de la ville — mes amis continuèrent, et j’y restai, tremblant d’anxiété — je sentais un cri infini qui passait à travers l’univers et qui déchirait la nature. »

D’après certains scientifiques, ce jour-là le volcan Krakatoa se réveilla. Les effets de cet éveil se répercutèrent partout, dotant le ciel de nuances rougeâtres. C’est probablement la vision du ciel que Munch vit ce soir-là, et qui inspira son fameux « Cri ».

Je ne peindrai plus d’intérieurs et les gens en train de lire, et les femmes à leur tricot. Je peindrai des êtres qui respirent, sentent, souffrent et aiment. – Edvard Munch

L’homme au premier plan, dont les traits déformés semblent suivre les ondulations chaotiques du paysage de la peinture, semble ressentir un mélange d’anxiété et de confusion, sentiment qui transperce le spectateur qui le regarde.

Cet homme possède des ressemblances avec les momies d’Amérique du Sud. Munch aurait ainsi découvert la momie péruvienne chachapoya lors d’une visite d’un musée.

Ce tableau a connu de nombreuses représentations dans la pop culture, comme notamment celle très connue de l’affiche de Maman j’ai raté l’avion !

parlons d'art - le cri
Affiche de « Maman j’ai raté l’avion ! »

Histoire de Créatives : Camille Claudel et la sculpture

Venez à la rencontre de célèbres femmes talentueuses et créatives, qui luttent pour la cause féminine à travers leur art !

parlons d'art - camille claudel

1864 – 1943

Camille Claudel est une sculptrice, qui réalise des statues en y mélangeant à la fois du réalisme et de l’expressionnisme. Son art s’apparente à l’Art Nouveau, notamment de par les courbes et les sinuosités de ses œuvres.

Dans son enfance, elle rencontre le sculpteur Alfred Boucher, véritable inspiration pour elle. C’est à cette époque qu’elle décide elle aussi de se lancer dans la sculpture. Son père l’encourage dans son art, contrairement à sa mère.

Par la suite, elle fera la connaissance d’Auguste Rodin, qui sera son professeur, rencontre qui marquera un tournant dans sa vie et son art. En effet, les deux sculpteurs influenceront sur les œuvres et le style de l’autre. Auguste s’exprima à son propos en disant : « Je lui ai montré où trouver de l’or, mais l’or qu’elle trouve est bien à elle ». Rodin devint par la suite son amant, relation amoureuse passionné mais également semée d’embûche. Ne supportant pas qu’on la considère toujours comme son éternelle élève, elle finira par le quitter, et sera extrêmement prolifique durant dix années.

Claudel est dans une perpétuelle lutte pour se détacher de l’image de simple élève d’Alfred Boucher et d’Auguste Rodin, et pour faire reconnaître sa sculpture comme personnelle, dans une société où l’émancipation des femmes est chose compliquée.

Il y a toujours quelque chose d’absent qui me tourmente. – Camille Claudel

Son art dérange, puisqu’en effet elle sculpte des nus, ce qui, d’après les mœurs de l’époque, est inconcevable pour une femme. Camille Claudel ne peut donc recevoir de commandes de l’Etat, ce qui lui vaut alors de vivre dans la misère.

parlons d'art - camille claudel
La Valse ou Les Valseurs – Camille Claudel

Elle s’éloigne de plus en plus du monde extérieur et s’enferme dans sa solitude, ce qui la fait plonger progressivement dans la folie. Sa famille décide ainsi de l’enferme dans l’asile de Vile-Evrard.

Auguste Rodin et ses adorateurs ne sont pas d’accord avec cette décision. Une campagne est alors lancée afin de faire cesser cet enfermement, décidé arbitrairement par une famille qui voulait probablement se débarrasser de Camille Claudel. Rodin tente même de demander à ce que ses conditions de vie soient au moins meilleures. En vain.

Dépressive et seule, car personne ne vint lui rendre visite à part son frère Paul, elle ne désire plus sculpter. Elle restera enfermée pendant 30 ans dans cet asile, et y mourra de malnutrition, probablement à cause de la mauvaise qualité alimentaire de l’asile.

Pour encore parler d’art, n’hésitez pas à aller jeter un œil à la dernière édition de Parlons d’Art ! , où nous vous parlions notamment de l’artiste Berthe Morisot et d’une peinture célèbre de Hokusai. Nous vous invitons également à aller (re)découvrir l’interview de Gorobei !

A la semaine prochaine pour une nouvelle chronique Parlons d’Art !

Laisser un commentaire