Articles
[Interview] Turalo – Créateur des 23HBD

[Interview] Turalo – Créateur des 23HBD

A l’occasion des 23HBD 2019 (et en parallèle de la participation de Sophie, notre chère dessinatrice), Le Scribouillard vous propose une entrevue avec Turalo, Éric Dérian de son vrai nom, dessinateur et créateur des 23HBD.

Les Scribouillards : Bonjour Turalo, quel attrait avez-vous à la BD, au dessin, et à l’art en général ?

Turalo : Salut les scribouillards !
À l’âge de 3 ans, j’ai annoncé à ma famille que je serai auteur de BD. Entre 3 ans et 16 ans, je me suis entraîné. Entre 16 ans et 23 ans, j’ai fait du fanzinat et des études de BD.À 23 ans j’ai sorti mon premier album de BD, à 30 ans j’ai fait mon premier blog BD. Et après 20 ans de carrière, à 43 ans, je suis devenu directeur d’une nouvelle formation aux métiers de la BD : l’ABD. Ah, et sinon, entretemps à 35 ans, j’ai fondé les 23HBD avec une bande de potes…


Les Scribouillards : D’où vous est venu l’idée de réaliser les 23h de la BD et comment tout cela a commencé ? Pourquoi 23h?


Turalo : En 2007, le Festival International de le BD d’Angoulême a importé et organisé pour la première fois les 24 Heures de la BD (à l’initiative de Lewis Trondheim, inspiré par le 24 Hour Comic Book Day créé quelques années auparavant par Scott McCloud) : 24 pages de BD en 24 heures. Quelle formidable idée !

Hélas, les organisateurs avaient fixé la date en pleine semaine, du mardi au mercredi, la veille du début du festival… En conséquence, les amateurs pouvaient difficilement y participer (difficile à conjuguer avec une semaine de boulot) et les professionnels se tiraient une balle dans le pied en s’infligeant une nuit blanche à l’aube du weekend professionnel le plus fatigant de l’année. Nous étions un petit groupe d’amis dans Tours et sa région, pro et amateurs, à regretter de ne pas pouvoir y participer pour toutes ces raisons et l’idée nous trottait en tête de s’organiser des « 24 Heures à domicile », tranquillou, sans pour autant trouver la bonne idée pour s’y mettre…

Un soir, à l’heure de l’apéro dans un bar du centre de Tours, nous nous sommes retrouvés avec Piak, Lugol et Taillefer. Et alors que nous remettions sur la table ce sujet en même temps que quelques bières, l’un d’entre-nous a glissé l’idée saugrenue d’organiser ce marathon le seul jour de l’année qui ne compte que 23 heures, le jour où l’on passe à l’heure d’hiver : ceux qui ne pouvaient pas participer aux 24 Heures pourraient affronter le même objectif, mais avec une heure de handicap ! Le concept des 23HBD était né. En toute logique. Alors que nous pensions n’être qu’une demi-douzaine à participer, on en a parlé sur nos blogs respectifs et en moins d’un mois on a réuni 72 foldingues… euh…  participant•e•s spontané•e•s qui nous ont rejoint sur ce qui n’était au départ qu’une idée potache.


Les Scribouillards : Combien êtes-vous au total pour ce projet? Ce sont les mêmes personnes chaque année ?

Turalo : Il faut savoir que l’organisation des 23HBD est exclusivement bénévole, qu’il aura au fil des années fallu énormément de bonnes volontés et de talents divers pour faire vivre cette manifestation. Et comme il n’est nulle part question d’argent – à l’exception du coût de l’hébergement et du nom de domaine – en fonction des disponibilités de chacun•e•s, il faut sans cesse ré-inventer l’équipe. C’est le prix à payer pour un marathon international au budget de 100€ par an. Ainsi, rien que pour la partie technologique, iels ont été nombreux•ses à se suppléer généreusement : Ad, Caro, Goliver, Paka, Ugo et Ydrioss que leurs pseudos soient sanctifiés !).

De même pour chaque poste : en 12 ans, une cinquantaine de personnes ont dû participer à cette aventure hors norme… Auxquelles il faut ajouter les illustrateur•trice•s, parrains et marraines qui ont prêté leurs talents à la communication de l’événement. C’est une vraie aventure humaine qui, malgré son aspect communautaire virtuel, aura fait naître de grandes amitiés et se rencontrer des gens qui n’en auraient certainement jamais eu l’occasion autrement. De grandes engueulades, aussi !


Les Scribouillards : En moyenne, combien comptez-vous d’inscriptions chaque année ?


Turalo : Le nombre d’inscrit•e•s n’a cessé d’augmenter depuis la création des 23HBD jusqu’à un pic phénoménal en 2015 : 1316 à travers le monde entier ! Depuis, on a trouvé un rythme de croisière entre 700 et 800 lapinous sur la ligne de départ, le samedi à 13h00, chaque année. Au total, 677 inscrit•e•s en moyenne par an, plus de 8000 participations depuis 12 ans. Même pour nous, il est devenu difficile de tout lire : une année entre chaque manifestation ne suffit plus ! La participation reste libre et gratuite, et c’est parti pour continuer comme ça encore quelques années… Tant qu’on s’amuse!

Et en bonus, la participation de Turalo aux 23HBD 2019:

Images: 23h de la BD
Turalo

Laisser un commentaire