Articles
[Interview] Nob (Dad, L’atelier Mastodonte, Mon Ami Grompf, Mamette, Bogzzz, Tchô !…)

[Interview] Nob (Dad, L’atelier Mastodonte, Mon Ami Grompf, Mamette, Bogzzz, Tchô !…)

Après Alexandre Arlène ou Gorobei, Le Scribouillard continue son tour d’horizon du monde de la bande dessinée. Cette fois-ci, nous nous intéressons à Bruno Chevrier, tourangeau né en 1973, devenu rapidement Nob. Il est un des piliers du magasine Tchô! dont il devient rédacteur en chef jusqu’en 2008. Aujourd’hui, on retrouve Nob du coté de chez Dupuis avec Dad ou L’Atelier Mastodonte.

Le Scribouillard : Bonjour Nob, Pourriez-vous s’il vous plait vous présenter pour Le Scribouillard.fr et présenter votre travail ?

Plus généralement, je suis passionné de bande dessinée depuis tout petit, et j’ai (presque) toujours voulu en faire mon métier. J’en vis maintenant de manière professionnelle depuis 20 ans, et j’ai eu l’occasion de toucher un peu à tout, depuis la rédaction en chef d’un magazine de BD (Tcho), la participation à plusieurs titres presse, la création de plusieurs séries et même leur adaptation en dessin animé ( Mon ami Grompf, ou les Souvenirs de Mamette, que j’ai réalisé). Ayant travaillé beaucoup pour la presse jeunesse, je suis considéré comme un auteur jeunesse, mais je me qualifie plus volontiers d’auteur tout public, ce qui n’est pas exactement la même chose. J’essaie vraiment de réaliser des bande dessinées que l’on peut prendre plaisir à lire à tout âge.

Dad T.2 - Nob
Dad T.2 – Nob

Le Scribouillard : Comment vous êtes vous retrouvé à travailler pour « Tchô » première version ?

En 1999,J’avais participé à un concours de bande dessinée organisé par les éditions Glénat. Je n’ai pas gagné, mais un directeur de collection m’a contacté car il avait bien aimé mon travail.  Etant fan de Zep, je lui ai dit que j’aimerai bien qu’il me mette en contact avec la rédaction de Tcho, qui avait alors tout juste un an. Il m’a alors renvoyé vers Jean-Claude Camano, l’éditeur de Zep et de Tcho, qui n’était pas spécialement intéressé par mes premiers projets, mais m’avais trouvé dynamique et sympathique. Je suis donc rentré dans le magazine en y suivant le parcours typique des jeunes auteurs de Tcho : on commençait par faire de petits strips, illustrer des jeux, des rubriques… Avant de gagner en confiance et d’arriver à placer un projet éditorial. Au bout d’un an, le journal a commencé à publier ma première série, Bogzzz, des insectes rigolos.

Le Scribouillard : Vous êtes scénariste, dessinateur et coloriste. Est-ce difficile de jongler avec toutes ces casquettes ? Comment gérer toutes ces taches sans se mélanger ?

C’est justement ce que j’aime dans la bande dessinée. Quand j’écris, il me tarde de dessiner ce que j’écrit. Si je dessine, je réfléchis à la mise en couleur. Quand je colorie, je pense à mes prochains scénarios. Et la boucle est bouclée !

Mon ami Grompf T.10
Mon ami Grompf T.10 – Nob

Le Scribouillard : J’ai lu un peu partout que vous aviez colorisé quelques albums de Titeuf mais le site de Glénat ne confirme pas l’information ?

Oui, sous mon vrai nom (Bruno CHevrier) et avec mon épouse Laurence, qui m’aide également pour les couleurs de mes propres albums (elle prépare les couleurs en aplat). Nous avons mis en couleurs les albums 11 à 16 de Titeuf, et j’ai également recolorisé le tome 1 initialement paru en noir et blanc. Le premier album de Titeuf était ombré avec un lavis gris et Zep avait remarqué que c’est comme ça que je travaillais pour les couleurs de Mamette : je récupérais des pages en lavis gris et les passait en couleurs. Il m’avait demandé si avec cette technique ce serait possible de recoloriser le tome 1 de Titeuf. Sous le nom de Bruno Garcia, avec mon épouse, nous avons également réalisé les couleurs de pas mal d’albums pour Keramidas (Luuna), Abolin (Totale Maitrise) Alary (Silas Corey) ou encore Guarnido (Sorcelleries)

Le Scribouillard : Vous avez créé pléthore d’univers ; Dad, Bogzzz ou Mamette par exemple. Y en a t’il un plus personnel que les autres ?

Ils sont tous personnels, pour des raisons différentes. Mais je dirai que le personnage qui résonne le plus de manière intime pour moi est Mamette.

Mamette T.6 - Nob
Mamette T.6 – Nob

Le Scribouillard : Vous signez seul vos albums. Travailler seul est une habitude ou est-ce plus agréable pour vous ?

Comme je le disais, j’aime réaliser toutes les étapes de la bande dessinée, du coup j’aurai du mal à n’en faire qu’une partie. J’aime beaucoup le travail d’équipe, mais dans une ambiance de collectif, ou chacun garde son identité d’auteur, comme c’était le cas au sein de Tcho, ou dans l’atelier Mastodonte. Pour autant, j’aime me retrouver seul face à mon petit univers.

Le Scribouillard : Redessineriez-vous des personnages comme Zip 15 ans après ou considérez-vous que chaque histoire représente une période de votre vie d’auteur ?

Je pourrais le redessiner, mais Zip n’est plus vraiment dans mes codes graphiques actuels, je devrai me forcer. Bogzzz était ma première série, ma manière de dessiner était très influencée (par les Simpsons en particulier). Je pense que chaque projet correspond à une époque, et correspond à un besoin d’évoluer graphiquement. C’est un peu pour cela que j’ai réalisé beaucoup de séries : à chaque fois il y a un désir de mutation.  Mon ami Grompf est la série que j’ai animé le plus longtemps, je l’ai démarré alors que j’étais encore sur Bogzzz, et je l’ai arrêté au début de Dad. A la fin, j’avais beaucoup de mal à dessiner cette série, parce que mes codes graphiques avaient évolué, et que je pouvais difficilement faire évoluer le style de la série sans tout modifier en profondeur.

Bogzzz - Nob
Bogzzz T.4 – Nob

Le Scribouillard : Je reviens sur le fait de pouvoir écrire et dessiner. Qu’est ce qui précède le processus créatif chez vous ?

Un peu les deux en même temps. Quand j’écris, ça peut partir d’un début de dialogue, d’un bout de décor, d’une expression d’un personnage. Puis j’agence les éléments petit à petit, par forcément de manière structurée, à la manière d’un puzzle qui se dévoile.

Le Scribouillard : Avez-vous de futurs projets ? Nob chez Fluide Glacial un jour ? »

C’est marrant, quand j’avais 20 ans et que j’étais étudiant en graphisme, je rêvais de travailler chez Fluide. J’avais envoyé une page pour un concours, en 1994 je crois, qui rétrospectivement était très représentative de ce que je ferai 10 ans plus tard. On y voit un petit vieux sous un arbre. Mais ils ne m’ont jamais répondu !

Hubert Nob
Hubert – Nob

Laisser un commentaire

3 thoughts on “[Interview] Nob (Dad, L’atelier Mastodonte, Mon Ami Grompf, Mamette, Bogzzz, Tchô !…)

Comments are closed.